La motricité libre

Un article qui a son importance dans le domaine de la petite enfance, je vais vous parler aujourd’hui de la MOTRICITE LIBRE.

Qu’est ce que la motricité libre ?

La motricité libre signifie laisser votre enfant libre de tous ses mouvements et cela dès la naissance. 

Le concept de la motricité libre a été développé par Emmi PIKLER (pédiatre Hongroise). Elle a fondé en 1946 la pouponnière LOCZY où elle appliquera les principes de la motricité libre et qui développera ses travaux autour du développement moteur de l’enfant tout au long de sa vie.

Elle a constaté que :

l’enfant peut franchir toutes les étapes de son développement moteur seul, sans apprentissage de la part d’un adulte si on lui permet de faire ses propres expériences corporelles dans un cadre sécurisant et adapté.

Le but est de ne pas intervenir ni lui imposer une posture qu’il ne maîtrise pas encore seul. Qui n’a pas voulu asseoir son bébé d’à peine 6 mois calé avec des coussins dans le dos, alors que la position assise n’est acquise que vers 9 mois environ…

Une motricité libre favorise la confiance en soi et la maîtrise de son corps.

Ces illustrations (de bougribouillons.fr) reflètent bien ce qu’est la motricité libre :

Comment pratiquer la motricité libre ?

Emmi Pikler note l’importance d’avoir 3 espaces de vie distincts mais qui s’alimentent entre eux :

  • aire des soins corporels
  • aire d’exercice et d’activité
  • aire de repos et de sommeil

Il est évident que l’adulte doit assurer en priorité un cadre sécurisant pour le bébé.

L’espace jeux doit être pensé en fonction du développement psycho-moteur de bébé ainsi que sa dimension et ses limites.

Le bébé doit être libre de se mouvoir, il faut donc le vêtir avec des vêtements fluides, amples, pour que bébé ne se sentent pas « bloqué » par des vêtements trop serrés ou inadaptés. (Par exemple, robes, jupes ou chaussures rigides ne sont pas adaptés pour bouger avec aisance).

On préférera un tapis au sol (sans barrière, sans obstacles) plutôt qu’un parc, ou un transat. Le trotteur va vraiment à l’encontre de la motricité libre. (et d’ailleurs interdit chez les assistants maternels).

C’est au sol que bébé prépare la marche et son développement moteur.

Le choix du matériel et des jeux, doit être adaptés en fonction de l’âge et de l’intérêt de bébé.

Rien ne sert de brûler les étapes : c’est en laissant l’enfant franchir l’une après l’autre, à son rythme, qu’il progressera.

Même à l’extérieur de la maison, limiter la poussette pour favoriser la motricité libre de l’enfant. La poussette vient clairement entraver la motricité libre d’un enfant. Il y est attaché et n’est pas libre de ses mouvements.

Il est donc important de limiter les temps passés en poussette et de leur donner plutôt l’envie et l’habitude de marcher avec nous… mais sans les forcer, ni les presser. Essayons de marcher à leur rythme car le nôtre est bien trop rapide à leurs niveaux. Nous devons donc être à l’écoute de l’enfant.

Quelles bénéfices pour bébé ?

  1. Son développement physiologique est respecté naturellement : un enfant qui aura appris à faire ses propres découvertes, ses propres expériences et ses propres acquisitions se développera bien plus naturellement que s’il est contraint à des stimulations ou à l’utilisation d’objets l’incitant à se développer.
  2. Acquisition de la confiance en lui : l’enfant va apprendre à se faire confiance, mais en plus, cette confiance va l’aider considérablement à se développer harmonieusement.
  3. Développement de l’autonomie : L’enfant, par ces actions volontaires va développer son autonomie beaucoup plus rapidement et beaucoup plus sûrement qu’un enfant ayant été contraint dans sa liberté de mouvements.

En résumé : Notre rôle, que ça soit parent ou assistant(e) maternel(le), est d’observer, d’accompagner et d’encourager chaque découverte de bébé. Le but est de donner confiance en lui, de l’aider s’il en ressent le besoin, mais de ne pas faire à sa place. Par exemple, si votre enfant commence à grimper sur le canapé ou veut monter les escaliers, pourquoi l’en empêcher, tant que bien sûr nous sommes à ses côtés pour le sécuriser. Je pars du principe où dès qu’il en est capable, il faut lui montrer les bons gestes, comme redescendre du canapé ou les escaliers en « marche arrière ». 

Un commentaire sur “La motricité libre

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :